Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales

Nos tutelles

CNRS


Rechercher



Accueil > Accueil : Français > Recherche > Agenda des activités > Comptes-rendus

XIXe Rencontres « Dīwān » - Résumés des interventions

publié le , mis à jour le

17, 18 et 19 mai 2016 Madrid

SESSION 1 : Villes et histoire urbaine

BOUALI Hassan (Paris X), La Mecque, capitale du calife ‘Abdallāh b. al-Zubayr (m. 72/692)
Dès son conflit ouvert avec le calife omeyyade Yazῑd, Ibn al-Zubayr se réfugia à La Mecque,cité qu’il ne quitta pas lorsqu’il prit ouvertement le titre d’amῑr al-mu’minīn. En premier lieu, cetexposé mettra en exergue les logiques qui ont conduit à ce choix. En second lieu, nous porterons une attention particulière aux usages zubayrides de cette cité.

AFIF Nora (Paris X-EPHE), Le caractère sacré de la ville de Jérusalem d’après les récits médiévaux d’Orient
Jérusalem est décrite dans les récits médiévaux du monde musulman comme étant un joyau hautement symbolique. Ville trois fois sainte, elle n’a pas cessé d’être un précieux objet de convoitise durant toute la période médiévale. Il s’agira d’apporter des précisions quant au caractère sacré en lien avec le paradis que les auteurs médiévaux lui attribuèrent.

DAZA PASTRANA Fernando (Paris IV-Sevilla), L’évolution urbanistique et de l’architecturedomestique de la Séville médiévale (XIe-XVe siècle) → désistement
L’évolution urbanistique et du parcellaire de la capitale de l’Andalousie occidentale au cours du Moyen Âge, entre deux horizons culturels : la période islamique et la période chrétienne.

CASAL GARCÍA Maria Teresa (CSIC), L’urbanisme de la période émirale à Cordoue : l’exemple du faubourg de Saqunda (VIIIe-IXe siècle)
Le faubourg de Saqunda, ainsi connu dans les textes littéraires, est le premier exemple de l’urbanisme islamique dans la ville cordouane. La rébellion de la population contre l’émir al-Ḥakam I impliqua sa destruction et son abandon en 818. La conservation archéologique exceptionnelle fournit un outil essentiel pour étudier et analyser la période émirale en al-Andalus.

SESSION 2 : Alimentation et pratiques culinaires

CAIRE Audrey (Paris I), Pratiques et discours alimentaires en Irak (VIIe-Xe siècle)
Comment les pratiques alimentaires des habitants de l’Irak ont-elles évolué lors des quatre premiers siècles de l’Islam ? Comment se sont élaborés de nouveaux discours alimentaires ? Et en quoi cela peut-il témoigner des évolutions sociales et culturelles dans cet espace central, et à cette époque cruciale de la formation de la culture islamique ?

JAWHARA PIÑER Hélène (Versailles St-Quentin-en-Yvelines), Réflexions sur le patrimoine juif selon le Kitāb al-ṭabīḫ
Les recettes explicitement « juives » du Kitāb al-ṭabīḫ d’époque almohade, selon le manuscrit anonyme du XIIIe siècle, seront présentées, analysées et comparées. J’examinerai aussi la possibilité que certaines recettes non explicitement « juives » renvoient, par leurs ingrédients et leurs modes de
préparation, à une cuisine « juive ».

YUNGMAN Limor (EHESS) & BRISVILLE Marianne (Lyon II-EHEHI), Cuisine d’Orient, cuisine d’Occident : approche comparative
Prolongation d’une coopération amorcée lors des précédentes Rencontres, la communication compare les recettes de deux plats présents dans les livres de recettes issus de l’Orient et de l’Occident islamique : le zīrbāǧ et le sikbāǧ (ou muḫallal). L’enjeu est de mettre en relief les similitudes et les particularités en termes d’ingrédients, de modes opératoires et de présentation.

SESSION 3 : Sociétés et pratiques sociales

LUCAS Noëmie (Paris I), Les dahāqīn dans le Bas-Irak omeyyade
Membres de l’aristocratie sassanide, dite inférieure, les dahāqīn - du persan, dehgānan -, conservèrent voire renforcèrent leur position après la conquête islamique du Bas-Irak. Il s’agira de comprendre quel fut leur rôle dans le Bas-Irak omeyyade et de se demander dans quelle mesure ils constituèrent une élite foncière.

ABOKADEJAH Hanadi (Paris I), La société mecquoise à la fin du Moyen Âge
L’histoire de La Mecque est à la fois l’une des plus importantes et l’une des plus méconnues parmi toutes les villes du monde islamique médiéval. La présentation traite des relations entre les familles et la compétition des familles pour l’obtention des postes administratifs et fonctions religieuses, leurs relations extérieures et leur influence.

RUAULT Ludwig (Aix-Marseille), Les graffiti : statut et diffusion de l’écriture aux débuts de l’islam
L’écriture de graffiti est révélatrice d’une représentation de l’écrit, et avec elle, du langage. Dans la continuité d’une pratique répandue de longue date dans le monde sémite, les débuts de l’islam coïncident avec une sacralisation de la parole écrite et de la langue arabe qui le véhicule.

SESSION 4 : Architecture et patrimoine

LEONE Anaïs (Aix-Marseille), Sanctuaires chiites et revêtements au lustre métallique dans l’Iran ilḫānide (1256-1335)
Le retrait et la vente au début du XXe siècle des revêtements lustrés ilḫānides de leurs murs d’origine rend l’étude de l’architecture de la période particulièrement délicate. La présentation développe les différents aspects du sujet et la méthodologie mise en œuvre pour tenter de reconstituer l’ensemble formé par l’architecture et les décors céramique qui y prenaient place.

PIRAM Sarah (Paris X), André Godard et les monuments islamiques de l’Iran
Godard fut directeur des Services archéologiques de l’Iran de 1928 à 1960. Ses archives photographiques, conservées au musée du Louvre, permettent de restituer l’état des monuments médiévaux de l’Iran avant leur restauration et leur valorisation. Il s’agit de présenter, à travers quelques exemples, la contribution de Godard à l’étude et à la mise en valeur du patrimoine iranien.

ALMELA Iñigo (EEA-CSIC Granada), Architecture religieuse sa‘adī
Au XVIe siècle, Marrakech retrouve le statut de capitale sous la dynastie saadienne. Celle-ci entreprit un projet de restructuration urbaine où la construction d’édifices religieux autour de mosquées et de mausolées joua un rôle fondamental. La tradition architecturale almohade fut le point de départ de sa conception, mais des solutions innovantes y furent aussi introduites.

SESSION 5 : Pensées et pratiques médicales

HAMITRI Ouidad (Lyon II), Un aspect de la chirurgie en al-Andalus : chirurgie esthétique et soins du corps
Même si la chirurgie était risquée à l’époque médiévale, l’esthétique tenait une place importante à travers deux aspects. Le premier concerne l’opération chirurgicale qui devait laisser le moins de cicatrices possibles, surtout s’il s’agissait d’une opération du visage. Le second relève d’opérations purement esthétiques, telles que la gynécomastie.

FOULADVIND Marjan (EPHE), La pensée médicale d’Avicenne à travers le Poème de la médecine : comparaison avec le Canon
Le but de cette intervention consiste à présenter la définition de la médecine avicennienne à travers son Poème de la médecine et son Canon de la médecine. Les divergences relevées lors de ce travail méritent une grande attention. La discussion autour de ces concepts me permet par la suite de poursuivre mes recherches comparatives d’une manière plus optimale.

SESSION 6 : Minorités religieuses

BOUDIER Mathilde (Paris IV), Écrire l’histoire des chrétiens melkites de Syrie et de Palestine
L’historiographie des « chrétiens d’Orient » et les traditions mises par écrit au sein de chaque Église pèsent sur le cadre d’étude des Églises chrétiennes orientales. Quelles ressources et quelles contraintes l’héritage historiographique propre aux melkites produit-il pour le chercheur désireux
d’inscrire les melkites dans une histoire régionale du bilād al-Šām ?

ARAUS BALLESTEROS Luis (Valladolid), Le travail des mudéjars dans le patrimoine médiéval castillan
Au cours du Moyen Âge, un pourcentage important de mudéjars était charpentiers, plâtriers ou maçons. On approfondira les aspects en lien avec la participation de la minorité musulmane dans les métiers de la construction, tant au niveau technique et artistique, que social et législatif.

BRISVILLE-FERTIN Olivier (ÉNS Lyon), Réflexions sur les pratiques cultuelles mudéjares et morisques
Si la littérature aljamiada est dans son immense majorité religieuse, rares sont les codex qui conservent des pièces de prédication. La question de la pratique cultuelle de la minorité musulmane mudéjare et morisque et ses évolutions sera abordée par la comparaison de deux versions aljamiadas d’une « monestaçión » (C.E.P., Ms. 1 et Ms. 26, Saragosse).

SESSION 7 : Religion et spiritualité

HIMEUR Saïd (Paris I), Le personnage d’Idrīs I et sa descendance (172-375/788-985) : du politico-religieux au dynastico-mythique
Suite à sa participation au soulèvement du Faḫ contre les Abbassides (169/785) et sa fondation d’un État au Maghreb (172/788), Idrīs I s’est vu attribué une valeur historique de héros porteur d’un projet de réforme politico-religieux. Or, au fil du temps, son image et celle de sa descendance est réduite à l’image d’une dynastie « vénérée » parfois à valeur mythique.

MASOTTA Kabira (EPHE), Les premiers ascètes en Islam d’après la Ḥilyat al-awliyā’ d’Abū Nu‘aym al-Iṣfahānī
Mes recherches tendent à mettre en évidence dans la Ḥilyat al-awliyā’ les différents modèles ascétiques de la mystique primitive des trois premiers siècles de l’islam, et plus particulièrement, de discerner le processus de construction de la sainteté sunnite.

BERBIL CEBALLOS Carlos (Granada), Un résumé des vertus nécessaires pour l’aspirant dans la voie mystique d’après Ibn Sab‘īn (XIIIe siècle)
La présentation porte sur le projet de recherche, et sur une œuvre inédite attribuée à Ibn Sab‘īn de Ricote (Murcie), sous le titre al-‘Awāṣim qawāṭi’ al-qawāṣim. L’œuvre se présente comme un résumé des vertus nécessaires pour l’aspirant dans la voie mystique.

SESSION 8 : Études islamiques

DEBIYAT Fayad (Lyon II), Ismaélisme : interaction dynamique entre histoire et dogme, vision originale de l’Homme
À l’époque fatimide, l’ismaélisme s’est consacré à produire un mouvement au sein de l’islam afin de défendre ses principes rationnels. L’Homme était le but de ce mouvement qui le mène graduellement à une connaissance universelle. Al-qāḍī al-Nu‘mān vers le Xe siècle, dans le Ta’wīl al-da‘ā’im (L’interprétation des Piliers de l’Islam), met la Charia à sa juste place.

ORO Lucas (Buenos Aires), Le concept de « connaissance » dans le Kitāb al-Yanābī‘ d’Abū Ya‘qūb al-Siǧistānī et ses sources néplatoniciennes
Quoiqu’Abū Ya‘qūb al-Siǧistānī ne fût un faylasūf, il était influencé par des questions et des méthodes philosophiques. À cause de nombreuses raisons, il a choisi pour fond métaphysique de sa propre construction théorique le Néoplatonisme. On analysera le sens du savoir dans le Kitāb alYanābī‘ et ses sources néoplatoniciennes.

SANGARÉ Youssouf T. (Strasbourg), La réglementation du « takfīr » (excommunication) chez al-Ġazālī (m. 505/1111)
La présentation traitera une question brulante (et actuelle) soulevée par al-Ġazālī dans son Iqtiṣād : sous quels critères peut-on excommunier un « croyant » ? L’auteur s’appuie sur un cas concret : peut-on qualifier d’infidèle un musulman qui ne croit pas en la clôture de la prophétie ? Cela renvoie à une « notion coranique » polémique dès la mort du prophète.

SESSION 9 : Guerre et paix

RICHAUD Jean-David (Paris I), Marches et guerres de succession dans l’Empire seldjoukide (fin Xe–fin XIIesiècle)
Traditionnellement vues comme des révoltes, les compétitions des princes seldjoukides pour le pouvoir à la mort du sultan nous permettent de mieux comprendre le fonctionnement de l’État seldjoukide et le rôle particulier des marches dans ces conflits.

MANSO RUBIO Marta (Barcelona), Le langage de la paix et de la guerre entre la Couronne d’Aragon et les sultanats de Méditerranée occidentale (XIVe-XVe siècle)
On analyse la diversité formelle, stylistique, linguistique et de contenu des traités de paix établis entre la Couronne aragonaise et les sultanats islamiques méditerranéens occidentaux. La comparaison de sources chrétiennes et arabes et leurs traductions permet de connaître les contacts et l’horizon conceptuel et culturel (encore fort méconnu) dans lequel ils sont signés.

MORELLE Nicolas (Aix-Marseille), Architecture militaire indo-musulmane et histoire connectée (XVe-XVIIe siècle)
L’architecture médiévale du Deccan témoigne du syncrétisme indo-musulman depuis les Bahmanis jusqu’aux Adil Shahis. Des exemples de l’architecture militaire interrogeront les notions d’échanges, de frontières et d’évolution technique de la défense avec les migrations perses en Inde et l’arrivée des ingénieurs iraniens et turcs dans les sultanats du Deccan.

SESSION 10 : Aspects économiques

MONTEL Aurélien (Lyon II), La politique économique des Omeyyades de Cordoue au Maghreb occidental. Approche numismatique
Les émissions monétaires, en or ou en argent, frappées au Maghreb occidental au nom des Omeyyades de Cordoue permettent d’aborder de manière originale les aspects économiques de la poussée impériale qu’ils développèrent au IVe/Xe siècle : la mise en perspective de ces frappes, à l’échelle régionale, révèle les axes et les pôles privilégiés par la politique califale.

LAZRAG Ridha (Paris I), Le régime financier aux temps des Fatimides en Ifriqiya → désistement
Lors de cette rencontre, je veux parler de la bibliographie utilisée pour l’étude des finances fatimides et les débuts de l’installation d’un système financier en Ifriqiya.

DE CASTRO GARCÍA Seila (Granada), Les pensions (nafaqāt) en al-Andalus aux époques des taifas et des Nasrides
L’objectif est de donner à connaître deux œuvres d’al-Andalus, le Kitāb al-Nafaqāt, d’Ibn Rašīq (m. 446/1054) et le Zahrat al-Rawḍ d’Ibn Bāq (m. 763/1362), liés par un thème commun, les pensions ou nafaqāt, que le mari devait à sa femme, ses enfants, ses grands-parents paternels, ses journaliers ou ses bêtes, à deux moments-clés de l’histoire d’al-Andalus.

SESSION 11 : L’image, l’objet, le geste

KERESZTELY Kata (EHESS), Fonctions et rôles de l’image du livre arabe médiéval
Je présenterai, lors de ces Rencontres, quelques-unes des fonctions fondamentales des peintures figurant dans les manuscrits médiévaux illustrés contenant des œuvres dans le genre de la fiction littéraire en mettant l’accent sur la diversité des usages potentielles de l’image.

DRIDI Mounira (Paris X), L’art de la ferronnerie en Tunisie
Depuis la période hafside (1230-1574), le fer forgé était présent dans les demeures tunisoises, avec un rôle de consolidation et de défense, et d’esthétique reflétant une identité culturelle. À la période moderne, l’art de la ferronnerie connaît des développements fonctionnel et esthétique. L’étude de cet art permet celle d’une identité culturelle en perpétuel changement.

SACCO Viva (Paris IV), La céramique, une source indispensable pour l’histoire de la Palerme islamique (IXe-XIe siècle)
Le but de cette présentation est de montrer, à travers quelques exemples, comment la céramique peut être considérée comme une source historique et, en tant que telle, peut contribuer à élargir nos connaissances dans l’histoire commerciale et sociale de Palerme pendant l’époque islamique (IXe-XIe siècle).

SESSION 12 : Territoires et populations

COLLET Eva (Paris I), Dābiq, un lieu frontalier omeyyade oublié (VIIe–XIe
siècle) ?
Dābiq, localité au nord-est d’Alep, et sa plaine (Marǧ Dābiq) servit sous les Omeyyades et les Abbassides de lieu de cantonnement aux troupes avant les raids contre l’Empire byzantin. Lieu de ribāṭ jusqu’au début du IXe siècle, ce site frontalier fut abandonné, ou du moins oublié des sources, au profit des ṯuġūr syriennes. Il s’agit de comprendre les raisons de ce traitement.

TARRAF Wahid (Lyon II), La Syrie entre l’Oronte et la Méditerranée à l’époque des Croisades
La recherche que nous menons porte sur la Syrie entre l’Oronte et la Méditerranée à l’époque des Croisades. La période considérée s’étend de la bataille de Manzikert jusqu’à la fin de la présence des Croisés dans notre région puisque le sultan Qalāwūn reconquiert la ville de Lattaquié en 1289.

GODENER Morgane (Paris IV), Archéologie du peuplement médiéval de la plaine de Taroudant (Sud marocain)
La présentation portera sur les résultats d’une recherche archéologique menée sur les structures de peuplement médiévales et pré-modernes de la plaine du Sous autour de Taroudant (Sud marocain).