Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales

Nos tutelles

CNRS


Rechercher



Accueil > Accueil : Français > Publications > Paru chez nos partenaires

Le négoce des Lieux saints, Négociants hadramis de Djedda, 1850-1950

publié le

Philippe PÉTRIAT, Bibliothèque historique des pays d’Islam, Publications de la Sorbonne, 2016, 464p.

L’Arabie avant le pétrole, l’Arabie avant d’être saoudite, c’est l’Arabie animée par les grands marchands et le négoce international dont Djedda, port du pèlerinage à La Mecque, fut longtemps l’un des principaux centres. Ce livre retrace l’histoire d’une Arabie méconnue à travers le parcours de familles négociantes établies à Djedda dont le poids économique, des Bā Najā aux Bin Lādin, a profondément marqué le royaume saoudien. Entre 1850 et 1950, ces négociants originaires du Hadramaout ont adapté leurs stratégies économiques et leurs réseaux commerciaux au Hedjaz, en mer Rouge et dans l’océan Indien, à une série de bouleversements : la mondialisation et le développement de l’économie marchande avant le pétrole, les changements de régimes politiques et le passage de l’Empire ottoman aux frontières actuelles de la péninsule Arabique.

À travers l’histoire familiale de ces grands marchands et de l’économie de Djedda, ce livre propose une histoire élargie de l’Arabie contemporaine, du règne des sultans ottomans à celui des Saoud, et de la mer Rouge à l’océan Indien.


Before oil, Arabia economy was driven by the big traders and the international trade for which Jeddah, the threshold of Mecca, has long been a central place. Based on European, Ottoman and Arabic sources as well as private papers, this book recounts the little known history of Arabia from the Ottoman Era to the very beginnings of Saudi Arabia and oil economy. Through the history of the big merchant families established in Jeddah and the Hejaz, it deals with the social and economic history of Arabia from the local to the global level.

The activities of such families as Ba Naja and Bin Ladin have had a deep impact on the Hejaz region and the Saudi kingdom. Between 1850 and 1950, these traders originally from Hadhramaut (Yemen) adapted their economic strategies, their trade networks and their social profiles in the Hejaz, the Red Sea and the Indian Ocean to fit with the new conditions brought by successive upheavals : globalization, booming trade and crisis before oil, the end of the Ottoman Empire and the drawing of new boundaries in the Arabian Peninsula.


Philippe Pétriat, normalien et membre de l’IMAF (Institut des mondes africains), enseigne l’histoire du monde arabe contemporain à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Voir en ligne : Site internet des Publications de la Sorbonne