Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales

Nos tutelles

CNRS


Rechercher



Accueil > Accueil : Français > A la une

Soutenance de thèse de Laure Assaf

publié le

Jeunesses arabes d’Abou Dhabi (Émirats arabes unis)
Catégories statutaires, sociabilités urbaines et modes de subjectivation

réalisée sous la direction de M. Franck Mermier

La soutenance se déroulera le vendredi 13 janvier, à partir de 14h, en salle 308 F (3è étage) de la Maison Archéologie et Ethnologie (MAE) sur le campus de l’Université Paris Ouest Nanterre.

- Le jury sera composé de :

  • Michel Agier, Directeur d’Etudes à l’EHESS
  • Michel Boivin, Directeur de Recherches au CNRS (rapporteur)
  • Sylvaine Camelin, Maître de Conférences à l’Université Paris-Ouest
  • Franck Mermier, Directeur de Recherches au CNRS (directeur de thèse)
  • Nicolas Puig, Chargé de Recherches à l’IRD (rapporteur)
  • Anne Raulin, Professeure à l’Université Paris-Ouest
  • Isabelle Rivoal, Chargée de Recherches au CNRS

- Résumé de la thèse

L’anticipation de l’après-pétrole est, depuis le milieu des années 2000, le leitmotiv du gouvernement des Émirats arabes unis. Au-delà de l’objectif de diversification économique, ce projet passe par des politiques de développement urbain et le contrôle des populations étrangères qui représentent 88 % des résidents. Souvent considérés comme la génération ayant bénéficié des revenus pétroliers, les jeunes adultes nés aux Émirats sont les premiers à subir les effets de ces politiques.
Fondée sur une ethnographie des jeunes Émiriens et expatriés arabes ayant grandi à Abou Dhabi, cette thèse prend le contrepied d’analyses souvent centrées sur la division entre citoyens et non-citoyens. Une telle approche permet d’explorer la complexité des hiérarchies statutaires et de leur traduction dans l’espace public. Elle permet surtout de les confronter avec les identifications en termes d’âge et de génération qui se dessinent à travers les sociabilités urbaines de ces jeunesses arabes.
Du cosmopolitisme consumériste mis en scène dans les shopping malls à l’investissement des marges urbaines, en passant par des formes spécifiques d’anonymat, ces jeunes adultes investissent des temporalités et des territoires qui leur sont propres. Ils y façonnent des subjectivités singulières s’exprimant à travers des répertoires communs, notamment une langue arabe réinventée et les usages d’Internet. Parmi les imaginaires ainsi partagés, la nostalgie pour les espaces urbains dans lesquels ils ont grandi participe à l’élaboration de leur sentiment commun d’appartenance à la société urbaine.
L’étude des pratiques sociales et des processus de subjectivation des jeunesses arabes d’Abou Dhabi ouvre ainsi la voie à l’analyse anthropologique des modes de structuration sociale et de l’urbanité spécifique de la société émirienne contemporaine.

- Informations pratiques

La soutenance se déroulera en salle 308 F du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, au 3ème étage de la Maison Archéologie et Ethnologie (MAE), 21 Allée de l’Université à Nanterre.
Vous pouvez y accéder en RER (ligne A) ou en transilien (Ligne L), arrêt Nanterre Université. Prévoir ensuite 10 minutes à pied.