Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales

Nos tutelles

CNRS


Rechercher



Accueil > Accueil : Français > Recherche > Billets

BILLET
Les cafés traditionnels du souk Moubarakiya à Koweït City

publié le , mis à jour le

Gabriel Tatibouet-Sadki
Etudiant en Master 1 d’anthropologie à l’EHESS, sous la direction de M. Franck Mermier
Stagiaire au CEFAS du 17/05/2017 au 15/07/2017.

En 1951, quelques années après le début de l’exploitation du pétrole à l’échelle industrielle au Koweït, le premier « master-plan » de l’histoire du pays est établi ; il instaure les grandes lignes de la refonte intégrale du paysage urbain. Le nouvel urbanisme qui est prôné ne laisse que très peu de place aux manifestations du passé et la ville historique est progressivement remplacée par un centre d’affaires. Cependant, au cœur de celui-ci on choisit de préserver le souk, ou plutôt de l’adapter et de le moderniser. On aurait pu penser que les nombreux shopping malls de la ville contribueraient à l’obsolescence du souk en tant qu’espace économique et social, or il n’en est rien.

Durant les mois d’intense chaleur, de mai à septembre, les allées principales et les ruelles du souk Moubarakiya, véritable ville dans la ville, se remplissent progressivement à partir de la tombée de la nuit. Une foule bigarrée, réunissant hommes et femmes de toutes nationalités qui viennent effectuer leurs achats dans les boutiques, manger au restaurant ou boire un verre en terrasse. La population koweïtienne, généralement reconnaissable au port de l’« habit national », la dishdasha blanche et le keffieh pour les hommes, la ′abaya noire pour les femmes, est très largement représentée parmi les clients du souk. Cette omniprésence de la population nationale s’observe nettement dans certains lieux, comme les « cafés traditionnels » qui accueillent une clientèle masculine et quasi-exclusivement koweïtienne.

Le café Bu Nashi, par exemple, est situé dans la partie désignée en anglais comme le « Heritage Souq », construite de façon à restituer l’ambiance du souk historique. Au début du XXe siècle, cet établissement réunissait l’élite marchande koweïtienne et les membres de la famille régnante. Plusieurs photographies de l’époque, affichées aux murs, témoignent de l’ancienneté du lieu et de son authenticité. On y voit les clients d’alors, installés sur les banquettes disposées en U, à la même place que ceux d’aujourd’hui.

Ailleurs, au détour d’une des allées principales, à l’écart des nombreuses boutiques de parfum et de prêt-à-porter, une ruelle a été convertie en terrasse de café. Deux banquettes contre chaque mur se font face. Les clients, majoritairement âgés de plus de cinquante ans, se tiennent assis ou parfois à demi-allongés selon l’habitude koweïtienne. Certains lisent le journal, qui passe de mains en mains. D’autres restent de longues heures, silencieux et presque immobiles, échangeant parfois quelques mots avec un voisin. La plupart se connaissent : on s’interpelle, on change souvent de place pour discuter avec un autre voisin ou pour profiter du ventilateur qui est parfois installé au milieu du passage pour rendre les soirées brûlantes plus supportables. Les clients sont généralement des habitués de longue date, à l’image de Jamal qui habite à une vingtaine de minutes en voiture du souk et fréquente régulièrement le café depuis plus de trente ans. Certains pères de famille amènent parfois leurs jeunes enfants, le temps d’un thé. On voit aussi de temps en temps quelques jeunes hommes en jean et en tee-shirt qui viennent s’installer. De petites tasses de thé et des bouteilles d’eau sont apportés régulièrement par les serveurs iraniens et déposées sur des tabourets de bois devant les banquettes. Là encore, accrochée au mur et surplombée par le drapeau national koweïtien, une photo en noir et blanc rappelle l’atmosphère d’une rue animée du souk au début du siècle précédent.

Un café traditionnel du souk Moubarakiya (octobre 2017)

crédit photo : M. Ayachi

 

Lorsque la chaleur est trop intense, les banquettes extérieures sont délaissées et les clients s’entassent dans le peu d’espace qu’il reste à l’intérieur. On y passe en franchissant une bâche en plastique qui préserve la fraîcheur de la pièce climatisée. Ici aussi les banquettes se font face, dans une pièce étroite et souvent bondée qui laisse tout juste assez d’espace pour les serveurs. L’étroitesse du lieu rend toute conversation privée impossible et favorise les échanges à bâtons rompus entre les clients.

Par leur présence au sein même du souk, dont il a été dit que l’emplacement original fut maintenu, les « cafés traditionnels » représentent un lien direct avec des habitudes et des pratiques perçues comme authentiquement koweïtiennes. C’est ce qui transparaît dans les discours des clients qui opposent volontiers ces établissements aux Starbucks et autres coffee shops des malls. Pour les habitués, la fréquentation quotidienne des cafés du souk Moubarakiya correspond non seulement à une manière d’entretenir un réseau de sociabilité mais aussi à un attachement au pays et à son histoire.