Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales

Nos tutelles

CNRS


Rechercher



Accueil > Accueil : Français > Recherche > Axes de recherche > Archéologie de la péninsule Arabique

Mission de Fardat al-Faw

publié le

Responsables  : Mounir ARBACH & Salim TAIRAN

Partenariats actuels ou envisagés
France
- CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, UMR 5133 Archéorient, Université Lumière Lyon 2
- CNRS, UMR 7268 ADES, Université de Médecine, Marseille
- Université Paris I Panthéon-Sorbonne
- Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales

Arabie Saoudite
- Saudi Commission for Tourism and National Heritage
- King Saud University

Membres de l’équipe

- Mounir ARBACH (historien)
- Rémy CRASSARD (archéologue/préhistoire)
- Anaïs CHEVALIER (archéologue/Âge du Bronze)
- Stefan TZORTZIS (archéologue/funéraire)
- Salim TAIRAN (historien)
- Muhammad AL-HAZIMI (épigraphiste)
- Salim SAHBA (archéologue, funéraire)
- Fu’ad AL-‘AMIR (archéologue).

Projet

Ce projet d’archéologie, qui vise à étudier les périodes de transition en Arabie, est né à la suite d’une découverte spectaculaire réalisée en octobre 2016 par la Mission Franco-Saoudienne sur le site de Fardat al-Faw, aux environs de la célèbre cité caravanière de Qaryat al-Fâw, au sud-ouest de l’Arabie Saoudite. Les riches données collectées (structures, céramique) lors de la première visite du site en 2016 laissent supposer la présence d’un site d’habitat de l’Âge du Bronze, avec un certain nombre de structures architecturales et de tombes, au sommet d’un plateau calcaire. Ce site semble correspondre à une occupation spécifique à l’Âge du Bronze, alors qu’une autre occupation néolithique a été repérée en contre-bas du plateau, comme en témoignent les dizaines d’outils de silex collectés en surface. La découverte d’un paléolac associé à cette industrie permettra une datation de l’occupation de l’Holocène ancien. Enfin, l’existence du site caravanier de Qaryat al-Faw, à 4 km au sud, permet d’apporter un élément de comparaison qui pourrait correspondre à la phase finale de Fardat al-Faw, c’est-à-dire au développement du commerce caravanier au 1er millénaire av. J.- C.

Actions prévues, programmation 2018 2022

Une mission de terrain de prospection a été effectuée en avril 2018 autour du paléolac et du site historique de Qaryat al-Fâw. Des prélèvements sédimentologiques dans la séquence paléolacustre permettra la datation des phases de pérennisation du lac au cours de l’Holocène. Des datations OSL (optically stimulated luminescence) sont en cours à L’université de Fribourg en Allemagne. Ces datations constitueront une base de réflexion à la compréhension diachronique de la microrégion, permettant peut-être aussi de situer la période d’assèchement du lac, et le contexte de développement du système agricole de la région qui a permis la fondation du site de Qaryat al-Faw (cf. R. Crassard & M. Arbach, Rapport préliminaire).
Dans le cadre d’une mission de terrain annuelle, en accord avec la Saudi Commission for Tourism and National Heritage, la coopération avec la King Saud University est de tout premier ordre, sachant que les chercheurs de cette université ont mené des fouilles pendant une vingtaine de campagnes sur le site de Qaryat al-Faw depuis 1982.

Opérations de terrain à venir

1) Relevé des structures de surface à Fardat
2) Fouille des tombes qui se trouvent, à mi-hauteur de Fardat et aux environs au sommet des monticules ; sous la responsabilité d’Anaïs Chevalier, avec une équipe franco-saoudienne.
3) Suite à une demande des autorités saoudienne, une fouille des tombes (de l’âge du Bronze), qui se trouvent dans le périmètre du site de Qaryat al-Fâw, sera également réalisée, probablement en 2020
4) Un programme de prospection de quatre années aux environs de Fardat et de Qaryat al-Fâw sera mis en œuvre à partir de 2019-2022, en vue de faire l’inventaire systématique des vestiges archéologiques et rupestres, sous la responsabilité de Mounir Arbach et Salim Tairan, avec des étudiants en master et thèse de King Saud University.
5) Formation et participation des jeunes chercheurs – français et saoudiens – dont plusieurs étudiants en master et doctorat de King Saud University.